Outils pour utilisateurs

Outils du site


annwfn_jdr:systeme:art_a_theu:rituels

Rituels

Pour pouvoir modeler un orden le Jidaï-atah doit au préalable le créer. Cette création passe par deux étapes nécessaires et obligatoires, l'élaboration de l'Abstract (ou construct) et le rituel de création à proprement parler.

Abstract

La réflexion autour d'un nouvel orden doit être faite avant le rituel. Pour le détail des abstracts référez vous à la page dédiée.

Apprendre un verbe

Pour augmenter son potentiel un Jidaï-atah doit donc prendre le temps d'étudier ces verbes. Concrètement, en cours de partie il faut disposer du temps nécessaire, et entre chaque partie aussi. Si le personnage a disposé d'un environnement d'étude et/ou de réflexion/méditation propice (bibliothèque, grotte d'ermite, chalet reclus, école d'Art-A'theù…) et qu'au moins deux semaines se sont écoulées, il peut tenter un test étendu de bibliothèque pour ajouter un verbe à son panel.

:!: Les verbes majeurs étant plus difficiles à appréhender ils sont aussi plus difficile à apprendre et nécessitent 25 succès sous forme de test étendu, intervalle 1 jour.

:!: Les verbes d'effet nécessitent 20 succès, sous forme de test étendu, intervalle 1 jour.

Certains verbes d'effet n'ont de lien qu'avec un jidù. D'autres nécessitent au contraire de connaître 2 ou 3 jidù !

Rituel de Création

Une fois l'Abstract écrit et validé par votre MJ. Créer un orden en terme de jeu nécessite 1 test étendu en 4 tests successifs maximum pour obtenir au moins 8 succès. Ce rituel a lieu en quatre étapes clés que nous décrivons ici pour enrichir votre narration…

Par ailleurs le Jidaï-atah paye de sa personne pour réaliser ce rituel et doit mettre en balance son expérience. Concrètement un orden demande 3 points d'expérience +1xp/verbe d'effet supplémentaire après le premier (max 3 verbes d'effet), dépensés que le rituel réussisse ou pas.

Le rituel doit avoir lieu dans un espace clairement défini. Une pièce fermée ou une voûte d’arbres entourant un espace restreint de moins de 25m². Les risques de déconcentration à l’extérieur sont plus important et vous devrez en tenir compte. L’espace dans lequel se déroulera le rituel doit être dégagé de tout matériel qui n’est pas directement utile au rituel. Le Jidaï-Atah, peut procéder au rituel seul ou se faire assister de 1 à 4 personnes.

Le Jidaï-Atah doit être entièrement dénudé pour procéder au rituel et doit disposer de l'intégralité de ses points de fatigue.

La préparation

La première étape est la Préparation. Elle consiste à mettre en place les assistants et leur expliquer leur rôle, placer les objets de rituel (encre, lance à tatouer, bougies, encens etc.).

Méditation

La seconde étape est la Méditation. Elle consiste à placer le faiseur en état de créer le lien avec son ou ses domaines et se termine par le tatouage d’un idéogramme aperçu en vision, sur une partie accessible du corps.

Liaison

La troisième étape est la liaison. Elle consiste à s’imprégner du domaine ou des domaines du sort et «d’aspirer» les énergies nécessaires à l’accomplissement du «miracle» (c’est aussi ainsi qu’est appelée cette phase).

Pendant cette étape, le corps du Jidaï-atah est parcouru de spasmes plus ou moins violents et les acolytes sont alors très utiles pour maintenir le corps et éviter ainsi qu’il se blesse. Mais si l'étape paraît violente pour les acolytes elle peut-être vécue très différemment par le Jidaï-atah. il laisse entrer les Jidù en lui pour qu'ils fusionnent avec ceux qui le constituent. Soit il résiste, souvent par appréhension, et c'est assez douloureux, soit il accepte et contemple le miracle en ressentant l'impétuosité de Jidù-shacra, la force de Jidù-panna et l'émerveillement de Jidù-inù. Au MJ d'être imaginatif…

À la fin, le sort est lié au tatouage dont la couleur semble brillante. Il devient terne si le rite échoue.

Création

La dernière étape est la création à proprement parlé. C’est l’accomplissement du rituel et le premier modelage de l'orden. Les énergies s’échappent et retrouvent leur place immuable dans la nature. Si le Jidaï-atah échoue à cette étape, les conséquences peuvent être douloureuses. Les énergies en repartant par son corps peuvent provoquer des lésions graves, c’est un Inaï-a’sinn.

Réussite/Echec

Si le joueur obtient 8 succès ou plus en 4 jets ou moins de test étendu de Rituel, l'orden est créé avec succès. Le Jidaï-atah sort épuisé mais peut s’enorgueillir d'avoir un orden de plus à son arsenal. Sa fatigue chute de 8 points.

Si il échoue, comptabilisez combien de succès manquent pour réussir. le jeteur de sorts perd 1D6 PV/succès manquant et sa fatigue tombe à 1.

Au terme de ces 4 étapes, l'orden est créé et peut désormais être sculpté à tout moment.

Cas particulier : Ecole d'Art-A'theù

FIXME Si les règles de création sont trop difficiles, notamment pour des Jidaï-atah débutants, on peut se servir d'une règle optionnelle. Les jidaï-atah peuvent apprendre et lier des ordens créés par d'autre avant eux. Cet apprentissage ne peut se faire que dans une école d'Art-A'theù. Là bas, le jeune faiseur a accès à des constructs déjà réalisés et ainsi tenter de les lier à lui-même. Dans le cadre “protecteur” de l'école il disposera de l'aide nécessaire à son rituel et de tous les conseils pour limiter ses risques d'échecs.

Le MJ définit lui-même les abstracts disponibles dans cet école. Le Jidaï-atah doit cependant conaaître les verbes de pouvoir nécessaires ou les apprendre le cas échéant. Passer un rituel de création au sein d'une école a cependant un coût. Comptez en moyenne 500 doublons d'or pour un orden composé d'un jidù, 1200 doublons d'or pour 2 jidù et 2000 doublons d'or pour 3 jidù. Cependant il ne devrait pas y avoir souvent d'ordens à 3 jidù, car très rares sont ceux qui maîtrisent les 3…

La difficulté du rituel passe à SD 8 en 4 tests pour un orden. Pour un orden-ach, c'est également possible avec des SD de 8 10 et 12. N'oubliez pas de monter le SD en fonction du nombre de jidù. Enfin, les dégâts sont également réduits à 1D4 / succès manquants et pour les orden-ach 1D4 / succès manquants +1 par niveau supérieur à surnaturel.

Rituel d'orden-ach (enchantement)

Il suit les mêmes étapes que le rituel de création d'un orden. Il est cependant plus difficile à mener car le Jidaï-atah veut lier la magie non pas à son corps mais à un objet ou un lieu indépendant de lui.

Difficulté

Le nombre de succès de base à obtenir en 4 essais maximum est de 12 pour un orden-ach surnaturel. Mais au contraire d'un orden, un orden-ach est créé avec son niveau d'altération. Par conséquent, un orden-ach de niveau contre-nature a un SD de 14 et un orden-ach de niveau nihiliste passe à un SD 16. Les effets d'un échec sont les mêmes en fonction du niveau d'altération.

Echec

En cas d'échec le jidaï-atah pred 1D6 PV / par succès manquants +1D4 par niveau d'altération supérieur à surnaturel.

Résultats

Le résultat d'un orden-ach réussi est la permanence des effets souhaités sur l'objet ou le lieu.

Le résultat de l'orden-ach a un effet secondaire intéressant sur l'objet. Il le rend toujours un peu plus résistant. Il est ainsi plus difficile à détériorer, casser ou altérer et ce en fonction du nombre de Jidù qui compose l'enchantement.

Ajouter +1 par Jidù au SD du test nécessaire à détruire l'objet.

Par ailleurs le Jidaï-atah paye de sa personne pour réaliser ce rituel et doit mettre en balance son expérience. Concrètement un orden-ach demande 5 points d'expérience +1xp/verbe d'effet supplémentaire après le premier (max 3 verbes d'effet), dépensés que le rituel réussisse ou pas.

Identification

L'identification sert à déterminer le ou les jidù utilisés pour créer un orden-ach ainsi que les effets attendus. Un test d'identification se fait sur la compétence Rituel. Le SD de base est 3, il indique qu'un objet est bel et bien enchanté. Le reste suit le tableau d'identification et dépend des succès excédentaires. Un seul test d'identification peut être réalisé sur un objet par un faiseur.

Succès excédentaires Interprétation
1 Indique si un ou plusieurs jidù le composent
2 Vous donne précisément les jidù utilisés
3 Vous obtenez les effets attendus
4 Vous savez si une ou plusieurs tentatives de dissipation ont déjà été faite
5+ Vous savez quel est sa résistance exacte tant pour la dissipation que la destruction

Dissipation

Un objet sculpté perd automatiquement ses effets s'il est cassé. C'est le moyen le plus simple et le plus radical pour détruire un orden-ach.

Il existe un moyen plus élégant mais beaucoup plus difficile, propre aux Jidaï-atah : La dissipation. Cependant, il arrivera fréquemment que détruire l'objet ne sera pas possible, la dissipation sera alors l'unique moyen de supprimer l'orden-ach…

Le test utilisé pour dissiper un orden-ach est un peu similaire à celui d'un contre-orden. Il faut réussir un test sur Modeler en opposition à l'orden-ach. Vous devez impérativement connaître tous les jidù utilisés pour l'enchantement, donc l'avoir identifié.

  • Pour un orden-ach surnaturel la RD de défense de l'objet est égal à 6, 7 ou 8 selon le nombre de Jidù qui le compose.
  • Pour un orden-ach contre-nature la RD de défense de l'objet est égal à 7, 8 ou 9 selon le nombre de Jidù qui le compose.
  • Pour un orden-ach nihiliste la RD de défense de l'objet est égal à 8, 9 ou 10 selon le nombre de Jidù qui le compose.

En cas de réussite, l'orden-ach est dissipé, généralement toute personne présente peut apercevoir les effets de cette dissipation, des volutes de lumières fait de dizaines de filaments colorés s'échappent de l'objet et se dispersent aussitôt. Les couleurs étant celles du ou des Jidù.

En cas d'échec, il ne se passe rien visuellement mais les effets sont pourtant bien là. Le Jidù utilisé est absorbé par l'objet qui vient alors le renforcer. Il faut alors ajouter +1 au SD pour casser l'objet et +1 RD de l'objet pour se défendre… Les objets sculptés les plus puissants sont souvent des objets que de multiples dissipations ratées ont renforcé.

Briser

Quand on a pas de quoi contrer l'orden-ach, parfois la solution la plus simple est la seule : le briser. Mais c'est aussi un moyen dangereux, car en se brisant l'objet libère les énergies des Jidù qu'il contient en une vague proche de l'inaï-a'sinn.

:!: Cette vague provoque 1D6 dégâts, les armure ne protègent pas de ces dégâts, par jidù à toute personne se trouvant dans un rayon de 3m autour de l'objet.

Pour le briser il faut réussir 2 tests successifs. Un orden-ach n'est plus un simple objet. Sans dire que c'est un objet conscient, on peut toutefois établir qu'il ne se laisser pas détruire. L'influence des flux qui l'entoure le protège et invite les êtes conscients autour de lui à le protéger ou, en tout cas, à ne pas lui nuire. Faites un test de Volonté pour décider de le détruire.

  • Orden-ach fait d'1 jidù : SD 3
  • Orden-ach fait de 2 jidù : SD 4
  • Orden-ach fait de 3 jidù : SD 5

Bien sûr si cet orden-ach a déjà été soumis à des tentatives de destruction ou de dissipation, le SD sera supérieur.

Une fois que vous avez réussi à accepter l'idée de le détruire vous pouvez le faire. La difficulté tient à la matière, à la taille et bien sûr à la puissance de l'orden-ach. Faites le total des SV de matière et de taille, ajoutez 1 par Jidù. Puis calculez ses points de vigueur, comme on calcule ceux des personnages. Vous devrez lui infliger la totalité de ses points de vigueur en dégâts.

Matière

  • bois SV 4
  • pierre SV 6
  • metal SV 8

Taille

  • petit (ex bijoux, livre…) SV 3
  • moyen (ex porte, table, personne…) SV 5
  • grand (ex charriot, petit bateau…) SV 7
  • colossal (ex nef, dragon…) SV 9

Exemple d'une porte en bois épais (tu ne dois t'ouvrir qu'en ma présence : shacra/panna) SV 11 (bois 4 + moyenne 5 + 2 jidù). Ses points de vigueur sont donc de 11+1+9+8+7+6+5+4+3+2+1 = 66 PV !

annwfn_jdr/systeme/art_a_theu/rituels.txt · Dernière modification: 2020/05/17 14:42 de elvan49