Outils pour utilisateurs

Outils du site


annwfn_jdr:systeme:orden:abstracts

Abstracts

Cette section est une liste non restrictive d'abstracts.

Un abstract ou construct est l'étude préalable à la création d'un orden. L'abstract rassemble tous les éléments qui composeront l'orden, les effets souhaités, les Jidù à mettre en peuvre etc. Plus un abstract est précis, plus la création de l'orden étudié sera facilité.

La réflexion autour d'un nouvel orden sert à définir ses effets et le ou les Jidù à mettre en oeuvre pour cela. Cette réflexion est appelé par les faiseurs un Abstract ou Construct. Il s'agit d'établir le modèle de l'orden définitif. Il faut notamment se rappeler que les effets d'un sort sont toujours temporaires, pour les rendre permanents le Jidaï-atah doit plutôt créer un enchantement.

L'objet cible est important et doit être déterminé précisément dans le construct. Cependant, cette cible doit rester générique afin que l'orden s'applique à différents cas. Par exemple, dans le cadre de jidù-panna, la matière, si le faiseur décide de travailler le métal, il devra préciser lequel : fer, cuivre, argent, etc. En revanche dans jidù-shacra, l'énergie, un effet “brûler” sur les métaux quelqu'ils soient est possible, car on n'agit que sur un état : le passage du froid au chaud (brûlant pour un niveau surnaturel, chauffé au rouge pour un niveau contre-nature, jusqu'à le fondre pour un niveau nihiliste).

De même, certains orden nécessiteront des conditions particulières pour pouvoir être sculpté. Ces conditions doivent être déterminées dans le construct. Elles regroupent des concepts aussi variés qu' une porte ou tout objet s'ouvrant, se fermant pour les verbes “ouvrir/fermer”, un climat propice comme un orage pour Diriger la foudre etc.

En terme de jeu l'abstract se compose d'un ou de plusieurs jidù, d'un verbe majeur, d'un ou de plusieurs verbe d'effet (maximum 3) et d'un sujet (cible) :

Je veux geler cette eau (sous entendu celle que je regarde) (jidù-panna/matière)

Je peux reconnaître ce cavalier (sous entendu trop loin) (jidù-inù/sens)

Tu ne dois pas bouger (sous entendu tu es paralysé) (jidù-shacra/énergie)

Chaque verbes doit donc être compris dans son essence profonde et ses implications du point de vue l'Art-a'theù. Le Jidaï-atah possède à la création un verbe majeur et 2 verbes d'effets (cf. les avantages Jidù et le tableau des abstracts).

Quelques exemples

transmutation

C'est un grand classique du genre. Qui n'a pas rêvé de transformer le plomb en or ? Ou mieux encore la pierre en or…

L'abstract pourrait être : Vouloir, transmuter Je veux transmuter cette roche en or

L'effet est donc le suivant, le rocher ciblé ou dans la zone ciblée la roche est transformée en or. Il est donc modifié non seulement dans son apparence mais également dans sa structure, d'où “transmuter”. Il s'agit là d'un effet que l'on ne peut pas obtenir ordinairement il faut donc le “vouloir”.

Le résultat est de un à trois blocs de pierre transformés en blocs d'or pur. Un peu de la grosse péppite !

Le Jidù mis en oeuvre est jidù-panna, celui de la matière.

:!: Attention, l'or est utilisée par les royaumes pour frapper la monnaie… Trop d'or pourrait déséquilibrer l'équilibre…

Portail

Là on s'attaque déjà à quelque chose de sèrieux. L'idée est d'ouvrir une porte, ou tout objet ayant déjà la fonction de s'ouvrir, se fermer ou mener sur un autre espace dans le même temps. Comme le Jidaï-atah souhaite que ce portail le mène vers un endroit qu'il peut voir ou, si ce n'est pas le cas, qu'il a préalablement mémorisé. Ainsi l'endroit où il désire atterrir, il doit le visualiser mentalement. Cette représentation mentale doit être la plus fidèle possible. Donc idéalement le Jidaï-atah aura mémorisé les espaces qu'il visera par la suite. La mémorisation devra être faite indépendamment de la sculpture.

L'abstract pourrait être : Devoir, ouvrir Cette porte doit s'ouvrir sur ce lieu que je vois ou que j'ai mémorisé

C'est un orden complexe qui impose un effet impossible au-delà de toute volonté, on pourrait dire que la porte est “forcée” de s'ouvrir su un espace qui n'est pas celui pour lequel elle est prévue, d'où la nécessité du verbe majeur “Devoir”. Le faiseur veut couvrir un maximum de cas de figure il a donc décidé que le point de chute pouvait être à portée de sa vue : “Voir” ou dans un espace que sa mémoire a vu : “Mémoriser”. Un verbe majeur et trois verbes d'effets sont donc utilisés.

Pour être mémorisé un lieu doit avoir subi un examen minutieux avec la compétence Observation puis le souvenir précis doit être rappelé à la conscience. On le voit cet orden nécessite un peu de mise en oeuvre supplémentaire pour compléter son efficacité.

Le portail maintenant lui-même a besoin d'être vu et regardé donc il doit être créé sur une surface qui s'ouvre telle qu'une porte ou un portillon ou plus simplement une arche. Pour l'utiliser il est en revanche nécessaire de la maintenir au minimum un round, Le portail s'ouvre en fin de round et le suivant on le franchit. En fait selon sa taille (qui dépend de la zone que le regard du faiseur peut réellement embrassée) une personne à la fois (par round) peut le traverser. Au delà le faiseur est donc plus loin et il lui faudra maintenir le sort le temps de le franchir lui aussi si c'est ce qui est prévu.

La fatigue sera donc une variable précieuse pour cet orden, très pratique au demeurant.

Les Jidù mis en oeuvre seront Jidù-shacra (énergie pour développer le portail lui même) et Jidù-inù pour que le sens mémoriel aide à la géolocalisation.

Téléportation

Continuons notre voyage dans les univers du déplacement rapide et overcheater !

Il ne s'agit plus ici d'ouvrir un portail mais de se téléporter vers un espace connu. Un espèce d'effet quantique d'intrication qui prétendrait que les particules de ton corps sont aussi là-bas !

Donc il s'agit d'emmenener la matière d'un point A à un point B. Imaginons cette fois que le Jidaï-atah se cantonne à souhaiter se téléporter en haut de la montagne qu'il aperçoit, là-bas…

L'abstract pourrait être : Vouloir, voyager Je veux voyager en haute de cette montagne

Et il n'y a qu'à demander !

Dans ce cas le Jidù mis en oeuvre serait Jidù-panna pour déplacer sa carcasse jusqu'au lieu dit. On peut imaginer cet orden un peu plus complexe comme celui du portail pour “voyager” vers des lieux qu'on ne voit pas, auquel cas la mémorisation est nécessaire à nouveau.

Bouclier cynétique

Un orden assez simple qui vise à réduire voire supprimer la vélocité des objets en mouvement. Concrètement, de bloquer au mieux les armes de jet et armes à distance qui vous cibleraient.

L'abstract pourrait être : Devoir, bouger Rien ne doit bouger au-delà de ce point

Ici on travaille uniquement avec Jidù-shacra, il faut stopper l'énergie cynétique. Le faiseur ici impose à la vitesse un nouvel état, d'où la nécessité du verba majeur Devoir, il va à l'encontre de la vélocité. Au niveau surnaturel ce bouclier ralenti suffisamment ces projectiles pour diminuer de 1 les dégâts qu'ils vous infligerez. Au niveau nihiliste on pourra monter jusqu'à 3 points de dégâts réduits (par projectile…). Par ailleurs on n'est bien dans le cadre d'un bouclier car le Jidaï-atah doit voir ce qui lui arrive dessus…

Maintenant imaginez un orden-ach de ce genre attaché à une armure…

Soins majeurs

Un orden assez simple qui vise à réduire voire supprimer les blessures. Concrètement, de redonner des points de vigueur à un blessé en refermant ses plaies.

L'abstract pourrait être : Vouloir, fermer Je veux refermer tes plaies

Ici on travaille uniquement avec Jidù-panna (matière), il faut favoriser la cicatrisation. En temps normal le faiseur ne peut pas forcer la cicatrisation, mais cette cicatrisation devrait se faire qu'il intervienne ou pas, donc il a besoin du verbe majeur Vouloir. Au niveau surnaturel ce soin redonne 1PV/round. Au niveau nihiliste on pourra monter jusqu'à 3 points de vigueur/round. La concentration peut donc être un facteur important pour cet orden.

Bonheur partagé

Un orden assez original qui vise à faire éprouver la joie et le sentiment de bonheur. Concrètement, l'objectif est de mettre la cible dans de bonnes dispositions sociales.

L'abstract pourrait être : Pouvoir, ressentir Tu peux ressentir le bonheur

Ici on travaille uniquement avec Jidù-inù (sens/émotions), il faut modifier ou amplifier l'état émotionnel et pousser la cible à éprouver du bonheur, ce n'est pas un état que cette personne ne peut pas éprouver. Il s'agit “simplement” de l'amener à le ressentir donc Pouvoir est tout à fait adapté. Au niveau surnaturel la cible aura +1/-1 à ses tests sociaux en faveur du faiseur. Au niveau nihiliste on pourra monter jusqu'à +3/-3. La difficulté est d'utiliser cet orden au bon moment pour en profiter. Enfin, dans ce cas on ne doit pas oublier qu'il y a persistance de l'état émotionnel, au niveau surnaturel 5mn et jusqu'à 20mn au niveau nihiliste. Cependant, le bonus/malus (l'effet à proprement parler) ne sera utilisable que dans le round qui suit la sculpture de l'orden.

Eaux dormantes

La matière est étrange et peut “facilement” être détournée à des fins agressives. Le faiseur souhaite simplement solidifier l'eau. Les résultats peuvent être multiples. L'eau “solide” reste l'eau, elle n'est pas glace car elle n'est pas Refroidie, elle est “juste” Solidifier. Bien sûr cet état ne transforme pas l'eau donc à la fain de l'effet l'eau redeviendra liquide. Mais ainsi le faiseur peut espérer bloquer des combattants pris les pieds dans l'eau, ou “figer” l'eau du sang qui coule dans leurs veines et ainsi leur causer de graves dégâts.

On travaille uniquement sur la matière Jidù-panna. L'eau n'est solide que si elle est glacée, c'est donc un état qu'elle “connait”. Vouloir est approprié.

L'abstract pourrait être : Je veux que cette eau se solidifie.

Dans le cas d'une attaque sur le systèmes sanguin, celle-ci fait subir de 1D6 à 3D6 de dégâts selon le niveau d'altération.

annwfn_jdr/systeme/orden/abstracts.txt · Dernière modification: 2020/07/31 13:56 de elvan49