Outils pour utilisateurs

Outils du site


geographie:art_et_culture:propheties

Les prophéties

Préambule

Le livre tourne autour de deux prophéties principales qui s'entremêlent et véhiculent des prophéties annexes mais qui découlent directement des deux premières.

Ces deux prophéties sont celles :

  • du Lid-gesah'Arch
  • du Dragon réincarné

Ces prophéties ont été prononcées par des sages ou des illuminés, selon de quel point de vue on se place. Les 7 prophètes dont les écrits ont été regroupés en un livre “sacré” le Maamù, en sont les auteurs principaux. Ils sont les fondateurs et les références de l'église d'Eù ou église Baferiste. Un huitième prophète a lui aussi écrit sur le Lid-gesah'Arch. Il s'agit du prophète maudit, Lou'es-did Teranu qui a posé les bases du dogme de l'église pourpre ou église de S'ul-Tan.

Enfin, il existe pour la prophétie du Dragon des écrits apocryphes souvent anonymes qui la complètent et l'enrichissent.

Les écrits

Que ce soit pour le Maamù ou les S'u-Trah les passages qui suivent ne sont que des éléments liés aux prophéties. Ces livres comportent de nombreux passages sur d'autres sujets ou thématiques qui fondent davantage les églises qu'ils inspirent.

Les lettres de Morgane sont des textes disparates ou des fragments de textes qui évoquent les légendes de la fondation du Morganat. Parmis eux se trouve un fragment qui évoque le lien entre une fille de Morgane et le Lid-gesah'Arch.

La prophétie du Dragon réincarné tient en une phrase cité dans le livre D'une rive à l'autre de Milas de Riss-Mejev qu'aurait dite Memnor sur son lit de mort et d'une chanson dont on pense qu'elle a été écrite en deux temps.

Maamù - livre 1 d'après Herckrt-N'Bafer (vers 250 CA)

J'ai vu l'enfant renaître.
Des eaux, il surgira et, comme il se doit, sera adopté par les enfants d'Annwfn.
Car il est dit qu'il donnera l'eau pour eux par trois fois. (1.12.3)

J'ai vu l'enfant survivre.
Par le feu, il sera aveuglé et comme il se doit, sera ébloui par la lumière.
Car il est dit qu'il prendra le court-chemin. (1.12.6)

J'ai vu l'enfant combattre.
Dans les pas du Dragon, il combattra l'Hydre et la Licorne et, comme il se doit sera adopté par l'Aigle et le Lion.
Car il est dit que son sang périra pour eux. (1.12.9)

J'ai vu l'enfant mourrir.
Des tourments de la mort, il reviendra et comme il se doit, il sera le fléau du Fléau.
Car il est dit, de son sacrifice survivra éternellement. (1.12.12)

Lorsque les temps toucheront à leur fin il adviendra que l'enfant, étant le court-chemin vers toute chose, affrontera Ih-Tahq et que nul ne sortira indemne de cette lutte pour la Vie. C'est lui que vous attendez. C'est lui que vous devrez accompagner sur sa route. Ne vous laissez détourner de celà sous aucun prétexte, car il est le court-chemin, il est le salut des âmes.

Maamù - livre 2 d'après Vloar-Ceft (vers 310 CA)

Il est une vision qui m'est atroce entre toutes et que ma raison peine à rendre tant sont furieuses ses images.

L'enfant renaît de la Tour sombre et invisible aux yeux des profanes sans savoir qui il est. C'est dans son ignorance et son innocence bafouée qu'il trouvera le court-chemin. Je l'ai vu dans mes songes inquiets alors que je doutais encore de la véracité des propos de mon aîné.

Mais ce que j'ai vu est au-delà de ce que ma raison peut supporter. Il y a dans les eaux mourrantes et profondes un fléau qui dort et qu'il ne faut pas réveiller sous peine de voir notre monde anéanti et nos âmes emportées dans les tourments éternels du sombre orphelin.

Une fois réveillé Ih-Tahq emportera toute pensée, toute raison sur son chemin. Ce que les enfants d'Annwfn vivront sera alors pire que les plus atroces cauchemars que je peux imaginer, car il nous privera de notre conscience, de ce qui fait de nous des êtres dotés de libre-arbitre. Ce fléau ne pourra être vaincu qu'en empruntant le court-chemin.

L'élu devra puiser au fond de son âme et dans toutes les resources qui seront à sa disposition, ainsi son esprit au-delà des portes noires pourra s'unir au Dragon en pleurs.

S’u-Trah d'après Lou'es-did Teranu (vers 315 CA)

Na-im'zaman ! La fin des temps tels que nous les connaissons. Elle arrivera avec le Fléau et l'heure du jugement sonnera pour les mortels.

Ceux que S'ul-Tan jugera indignes seront livrés à Ih-Tahq et seuls les élus survivront et derrière le Lid-geash'Arch délivreront les mortels de leur carcan pour qu'ils accèdent à S'ul-genah.

Les deux cents ne seront qu'un. Quand il se lèvera, ils se réveilleront de leur long sommeil hivernal. Avec eux il asservira les peuples et brisera toute volonté.

Lorsque viendra la fin des temps, elle sera précédée du fléau, messager[guide] des âmes.

L'aigle en feu, le Lion mort, le Dragon réincarné. Ainsi faut-il voir le tryptique de l'apocalypse.

Il prendra le court chemin car c'est dans sa mort qu'est la voie.

Dans les pas du dragon marchera quand les siens la vierge guerrière protègera.

Maamù - livre 3 d'après Lac-N'Cy (vers 360 CA)

Je dois admettre que la perception que j'ai eu de l'avenir a été troublante à plus d'un titre. Les répercussions des évènements qui se déclencheront à la suite de l'éveil du Lid-gesah'Arch seront fondamentales pour l'avenir de notre monde.

Loin du tumulte des cités et du brouha-ha politique, je l'ai vu plongé dans un halo de lumière d'une incroyable beauté. Je l'ai vu, lui l'élu, alors qu'il ne faisait plus qu'un avec la lumière et tout se brouilla dans mon esprit.

Il y avait tant de forces en présence que je ne sais encore s'il pourrait en sortir quelque chose de bénéfique. Le Dragon et l'Hydre autrefois ennemis, se retrouvaient dans le même tourbillon de violences pour y faire face ensemble. Et lui, leur point commun, leur point de rassemblement, le Lid-gesah'Arch les regardait en souriant alors qu'il mourrait. Il le devait.

Le Fléau sortit des eaux en hurlant sa haine du vivant. Plus rien ne semblait pouvoir l'arrêter et lorsque les courageux s'approchaient ils ployaient le genoux et leur raison fondait comme neige au soleil. Si bien qu'en l'espace d'un battement d'aile, il n'y eut plus rien sinon que des âmes retournées, vides de sens et de raison.

Maamù - livre 4 d'après Coor-M'Ock (vers 645 CA)

L'équilibre sera rompu et par lui seul pourra être rétabli. Il est de ces hommes que la destinée a choisi. Tu le reconnaîtras par la sagesse millénaire de sonn regard laiteux. Tu le verras accompagné de celle qu'il aura sauvée d'elle-même. Le Lid-gesah'Arch est le véritable serviteur de l'équilibre.

Même s'il aspire à la paix, seul son combat contre Ih-Tahq donne un sens ses actes. Il est né orphelin et sera le père de notre avenir.

Tu le connais. Rappelle-toi, par trois fois il t’a sauvé la vie. Par trois fois tu fus attaqué : Par la terre, l’eau et le feu. L’étranger, le jeune, celui qui ne se connaît pas encore, il te sauva.

Maamù - livre 5 d'après Cej-Navack (vers 720 CA)

Alors que la guerre fera rage, il devra trouver le court-chemin et le prendre. Il avancera dans le monde et sera un phare vers lequel tout convergera. La vierge guerrière perdra ses moyens, ses pouvoirs et sa fleur par lui. L'amante sombrera dans l'oubli d'elle-même pour revenir et le faire revenir. Dans les pas du Dragon il sera, mais au-delà le court-chemin il sera car il est le Lid-gesah'Arch.

C'est un être de pensée et d'esprit. Mais je l'ai vu. Je vous le dis, avant la fin il perdra cette pensée et cet esprit, volés par celui que l'on nomme Ih-Tahq.

Maamù - livre 6 d'après Sulca (vers 1313 CA)

Le Lid-gesah'Arch j'ai vu.
Alors que nu sur le sable brûlant il renaît.
L'enfant des étoiles il est.
La force et la lumière en lui il a su trouvé.
Toute chose de cette énergie pure et primordiale est faite
Et lui mieux que quiconque le vit.

Devant le Lion se prosternera,
Grâce à l'Aigle grandira,
La Tempête il perdra,
L'Hydre il vaincra,
Le Dragon il trouvera,
Le Fléau il combattra,
Annwfn il sauvera.

Maamù - livre 7 d'après Ob-Nekkoby (vers 1330 CA)

Il viendra à moi
L'enfant devenu homme
De la Tour il renaîtra
Et il viendra à moi.


D'Eù il est la somme
Il voit au-delà de toute chose
Mais ignorant de la gnose
Il viendra à moi
Car je suis le prophète
Car il est le court-chemin​
Aveugle il cherchera sa route
Humble je chasserai ses doutes.

Les lettres de Morgane (vers 730 CA)

Mes yeux ont pleurés quand j'ai su qu'il était disparu. Mon coeur m'a alors été arrachée et j'étais Anaï-Morgana, car comme elle c'est ma vie qu'on m'enlèva. Je me souviens encore des premiers regards, fait d'étranges lueurs que nous avons partagés. Je revois son visage sans âge et j'entends à nouveau mon coeur battre à tout rompre. J'étais blanche, j'étais la glace. Il a fait de moi le feu. Il m'a sauvée.

Autrefois vierge guerrière, je porte aujourd'hui le fruit de notre Amour. S'il était Lid-gesah'Arch, s'il était l'élu c'était de mon coeur et c'est de lui que j'enfanterai.

D'une rive à l'autre de Milas de Riss-Mejev (vers 660 CA)

Alors que l'empereur mourrait, le ciel s'obscurcit et je ne peux que frémir à ce souvenir tant ce phénomène nous rappelait l'étrange lien que Memnor entretenait avec tou ce qui vit. Autrefois maître d'Annwfn, il s'affaissait comme un tas de chiffons emporté par un mal inconnu. Mais à son dernier souffle je vis la flamme qui jadis avait un brasier intense dans ses yeux et lorsqu'il me glissa :

“ Souviens-toi mon ami que le Dragons ne font que dormir. Un jour ils se réveillent. Et ce jour-là vous vous souviendrez que j'avais annoncé qu'il foulerait à nouveau ce monde. Ce jour-là vaous saurez que le Dragon est réincarné. ”

Cette prophétie lui consumma tout ce qui restait de sa vie. Memnor s'était éteint à plus de quatre-vingts ans.

geographie/art_et_culture/propheties.txt · Dernière modification: 2020/12/17 08:50 de elvan49