Outils pour utilisateurs

Outils du site


histoire:eres

Chronologie

La colonisation

Le niveau technologique d'Annwfn était défini comme pré-industriel de niveau 2 (l'équivalent de l'ère moderne sur Terra-prima (17ème siècle ère et calendrier chrétien). La population totale était recensée à 542 millions de krilliens à forte empathie, ce qui favorisa l'intégration. De même qu'une ressemblance assez prononcée entre les deux espèces (krilliens et humains).

Le krillien est de taille identique, avec une implantation capillaire plus basse au niveau de la nuque et une ossature plus anguleuse et plus effilée du visage et du crâne. La colonne vertébrale n'est pas verrouillée sur l'arrière. Les globes oculaires sont légèrement plus grands et l’œil possède une seconde paupière basse nictitante.

Il a rapidement été établi qu'il était totalement impossible de procréer entre krillien et humain, malgré de forte ressemblance dans le système génitale. Chaque tentative se soldait par la mort de la mère humaine et/ou krillienne. Arrivée des spermatozoïdes → dérèglement du système immunitaire → augmentation anarchique des lymphocytes et mort à la clé. L'intégration complète a lieu en trois étapes comme le défini le Labor Conflagratio. La première est le contact. Elle dura 17 ans et se termine par la signature par la charte annouvéenne. Celle-ci, signée par tous les états (plus d'une centaine), stipule leur adhésion au dominion de la Terre et leur engagement à s'unir en état planétaire sur cinq générations (250 ans environ).

La seconde est la phase d'implantation. Elle va mettre 18 années à se finaliser. C'est la SEMM (Société d'Exportation des Matériaux Minéraux) qui implante ses comptoirs partout où le besoin pour Terra-Prima se fait sentir. De son côté le dominion établi des ambassades dans toutes les cités importantes afin d'aider les gouvernements et leur population à intégrer les nouveautés technologiques. C'est là que le bas a commencé à blesser ! Les krilliens, d'ordinaires ouverts et accueillants, ont commencés à montrer des signes de réticence sur certaines technologies (machines outils pour agriculture intensive, gros navires de pêche, modification des techniques de construction d'habitation au profit de la rapidité complétées par les techniques de régulation thermique…) En bref, tout ce qui semblait bouleversé un peu trop l'ordre naturel des choses au profit de la quantité et non du besoin.

Néanmoins, les échanges économiques ainsi mis en place et l'arrivée d'un peu plus d'un million de colons, ont permis en quelques années de faire passer Annwfn à l'ère sub-atomique. Cependant, comme pour toutes les colonies de l'empire terra-mercurien, armes atomiques et optiques étaient prohibées.

Par une opération militaire rapide et une propagande musclée, la guilde mercurienne impose la phase trois : L'intégration politique. Le margraviat annouvéen est créé. Sa capitale devient Sinn-Achaï sur le continent Nihel. A ce stade de la colonisation, la population terrienne est de plus de deux millions d'individus, répartie principalement sur Nihel et les comptoirs de la SEMM.

Les ères

Les légendes

La colonie oblige la guilde terra-mercurienne à signer une convention 147 ans après le début de cette colonisation, accordant une grande autonomie à la planète, et notamment le pouvoir de négocier ses tarifs, de développer sa propre armée, de battre sa propre monnaie etc… On pense que l'influence philosophique des krilliens n'est pas étrangère à ces velléités d'indépendance. Un nouveau calendrier est adopté.

On retrouve cet état à son paroxysme lorsqu' éclate la guerre “mercuriale”en 95 (calendrier annouvéen). Pour des raisons obscures, la guilde mercurienne fait cessession avec la Terre ce qui entraîne toutes les colonies dans une guerre qui va durer 11 ans pour Annwfn. La colonie dut fournir pendant ce temps son contingent et la pression économique fut énorme.

La grande dévastation

Le résultat fut une révolte violente qui éclate en 106 CA. La colonie se détache de ses obligations au bout de 253 ans. Elle se rebelle et chasse les représentants officiels des guildes commerciales, pour fuir les guerres galactiques qui secouent l'empire terra-mercurien. L'armée tente une reprise en main qui durera 6 ans. 6 années d'une guerre atroce que les légendes ont retenue sous le nom de Grande dévastation. Pendant cette période de nombreux êtres-souches sont systématiquement exterminés. Même si les colons alliés aux krilliens résistent à l'armée, celle-ci traite différemment ses congénères “terriens” et considère les krilliens comme responsable de cet affrontement. Après quoi Annwfn est abandonnée à son sort et sombre dans le chaos. On pense, que près de huit dixième de la population krillienne sera ainsi exterminée. La population de colon aura elle aussi beaucoup souffert mais, seulement un tiers de celle-ci aurait succombé à la guerre. La Grande Dévastation laisse une plaie béante sur Annwfn : le grand désert de Bel Buk.

Les foudres

Les gouvernements provisoires tentent de rétablir l'ordre mais le mal est fait et l'anarchie se développe comme une gangrène plongeant la planète dans une longue période de guerres et de chaos. Les krilliens survivants s'affrontent en deux clans, ceux qui tiennent pour responsable les colons de leur génocide et ceux qui différencient les colons des soldats. Les colons eux-mêmes s'affrontent entre partisan du retour à l'intégration harmonieuse et ceux qui pensent qu'il faut séparer les deux populations.

Ces temps sont appelés l'ère des foudres. Les vestiges de la colonisation terra-mercurienne entrent dans la légende. C'est à cette même époque qu'apparaissent les premiers développements de magie et les télépathes, même si des prémices ont été décelés lors de la période de colonisation. Cet art augmente parallèlement au déclin des technologies. On ne sait plus si l'ère des foudres doit son nom aux canons ou aux tonnerres déclenchés par les premiers jidaï-atah. Alors que chez les krilliens seuls les guérisseurs semblent proche de cette magie, les jidaï-Atah ne se développent que chez les humains. L'ère des foudres dure environ 460 années.

Les seigneurs de guerre

Le chaos règne en maître et les deux religions principales naissent et se développent parallèlement : Eù et S'ul-Tan. A la fin, une période de guerres incessantes mais souvent très localisées, ponctuée des tentatives de stabilisation par un nouveau roi ou un nouveau héros rythme la vie des annouvéens meurtris. Cette période est l'ère des Seigneurs de Guerre. Elle durera près de 175 ans jusqu'à la Grande Paix.

L'ère des Seigneurs de Guerre aura vu l'affirmation de l'église Baferiste, tenant orthodoxe du culte d'Eù , l'avènement de l'ordre d'Eù aussi appelé ordre du temple, l'affirmation malgré la comdamnation pour hérésie du culte pourpre et la formation progressive des huit royaumes actuels. Finalement, la Grande Paix est signée entre les huit en 753 CA (calendrier annouvéen).

La grande paix

La Grande Paix porte bien son nom, même si cela fait doucement sourire les panshiens. Des huit, seuls Panshaw, Kotzash et Darsh sont en guerre, mais non officielle ! Cette guerre, si elle est perpétuelle, est d'avantage un état de tension permanente qu'une guerre ouverte. Mais, elle épargne globalement les échanges commerciaux et permet aux états de se reconstruire, de se stabiliser. Nihel ne participe pas à la grande paix. Même si l'ordre du temple a réussi à imposer au régent de stopper les luttes intestines du royaume, cette stabilité arrive après la signature. C'était il y a 6OO ans.

La guerre de l'Aigle

Elle débute en automne 1353 CA à l'initiative conjointe des armées Kotiennes et dashiennes. Si les armées Kotiennes vont rencontrer quelques difficultés au sud à cause de Barens, notamment, les darshiens eux enfonçent le dispositif panshien au nord.

Barens dans un premier temps légat de la 20ème légion réussit plusieurs coup d'éclat avec l'aide de ces confrères. Ils battent l'armée Kotienne à Tremel au début de la guerre, puis sur les plateaux de Duh-Bek. Mais ça ne suffira pas à inverser la tendance, car les kotiens appliquent une guerre de mouvements rapides frappant à plusieurs endroit en même temps à la manière des panshiens. Par ailleurs ils harcèlent et font le blocus de tous les ports panshiens dont celui de Spao qui leur sert de têtre de pont pour leur ravitaillement dans le Tremlor. Finalement, les légions doivent céder la province aux kotiens pour mieux les bloquer derrières les grands fleuves.

Au nord la situation est catastrophiques. Appliquant les méthodes de guerre de mouvement empruntées aux légions panshiennes, les darshiens débordent de tout côté dans les marches, puis dans le Raojharn et le Pasdlin. De nombreuses légions coupées les unes des autres n'arrivent jamais à se rejoindre pour bloquer la percée darshienne. La jeunesse et l'inexpérience de plusieurs légats, depuis peu nommés dans ces légions expliquent en partie ce désastre.

Profitant d'une accalmie au sud, le roi Cor-d'Elion nomme Barens au poste de sur-intendant des armées avec les pleins pouvoir pour organiser la défense. Llarkno, allié de toujours, réussi à envoyer un groupe de télépathe de sa guilde pour aider les légions à se coordonner. Leysseen s'étant plusieurs fois démarqué sauve le roi d'une tentative d'assassinat orchestré par un groupe d'intégriste krillien. Cette action, cumulée avec celle d'avoir sauvé également Barens lors d'un raid kotien sur le plateau de Duh-Bek et d'avoir été le dernier témoin de la mort d'Asenor fils de Cor-d'Elion à Tremel, font monté sa réputation. Unsurnom lui est donné dans les armées panshiennes en mal de victoire : la lame de l'aigle. L'aigle étant le symbole de la 20ème et de Barens.

Fort de cette réputation, Barens décide d'envoyer Leysseen au nord pour fournir aux légions, qui ont réussi à échapper au démantèlement, les télépathes tant attendu. huit milles hommes formés par les corps d'éclaireurs de plusieurs légions lui sont attribués. Il est également rejoint par plusieurs milliers de chevaliers de l'ordre d'Eù qui s'est réveillé et est sorti de son long sommeil. En remontant vers Lin-Bek, Leysseen réussi à libérer la 7ème légion sans pour autant pouvoir sauver la belle cité du nord et est rejoint par la 3ème en pleine déroute. Avec cette super-légion et avec l'aide d'Elvan ils mettent un frein à la succession de victoires des darshiens en les arrêtant au verrou de Ledernach. Leur coupant la route vers la province de Mistule, ils obligent les darshiens à contourner les montagnes et longer le grand fleuve Mistule où ils sont plus vulnérables.

La situation politique à Panshaw devient difficile le roi épouse en secret Ombelyne Ne-Jafer Seren, alors que sa popularité est un peu vacillante du fait des défaites successives et d'une propagande savamment orchestrée par ses opposants. La duchesse Marylin Ne-Farienor prétendante au trône, puisque le roi n'a plus d'héritier, veut aller vite sans savoir qu'entre temps le roi s'est marié. Farienor propose à Barens un mariage pour unir la couronne et le héros de guerre. Barens à le vent en poupe et le peuple l'admire. La régence est proclamée et le roi tombe malade juste après. La reine s'enfuit avec la lame de l'aigle pour Llarkno afin d'y trouver de l'aide et une reconnaissance, elle emporte avec elle les insignes royaux, privant ainsi Farienor et Barens d'un couronnnement dans les règles. Mais, le renversement du pouvoir est joué. Barens poussé par Farienor signe un traité de paix calamiteux avec les darshiens et les kotiens. Les trois-quart du royaume sont amputés.

histoire/eres.txt · Dernière modification: 2020/05/22 19:11 de elvan49